Le bleu aux larmes 

Inopinément,

ton aiguille pénètre la feuille ;

vierge ;

 Elle ne s’y attendait pas.

Transit de surprise,

Sa peau se fige et se rétracte

Trouée. Percée. Possédée.

Elle en a le bleu aux  larmes.

L’aiguille pique, le fil traverse.

Voyage aux creux des eaux gluantes.

La langue fait des fils. L’œil soupire.

La bouche claque des mots.

Noyée dans un océan de couleur outremer,

Des tâches se tissent une toile.

Les fils l’enlacent, l’embrassent

Et se faufilent dans ses antres.

Déchirure.

Il coule un râle sur la feuille.

Sa nuit se remplit d’étoiles.

Elle se déplie alors et se déploie,

Offrant ses tentacules blancs et musclés,

 Au fil des mots qui passe.

 

 

 

       

Le Bleu aux Larmes - 2009